Journal d’une mi-confinée, la suite

Et non, je ne suis pas décédée. J’ai lâchement abandonné les tribulations depuis des mois, comme ça, au milieu de rien. Mais c’était la joie d’être libre qu’est-ce que vous voulez, l’ivresse du grand air quelque part.

Et puis tout à l’heure, en achetant mon lit à LED incrustées, je me suis dit tiens, à qui donc est-ce que je vais bien pouvoir me vanter d’avoir acheté un lit de jacky ?

Nous revoilà donc.

Au point de départ. Si ce n’est que je continue de bosser. Enfin non, puisque j’ai le covid. Ah oui, ça aussi quelle belle arnaque. Le truc, c’est un rhume sauf que tu ne sens plus le PUTAIN DE GOÛT DU CHOCOLAT.

Ça n’est pas une maladie, c’est un complot de weigh watchers ! Je peux même plus kiffer bouffer de la merde, c’est n’importe quoi. J’ai la dalle depuis une semaine. Parce que quel est l’intérêt de bouffer quand tu sens pas ce que t’ingurgites ?

Je me traine dans la cuisine, je bouffe des quignons de pain, des bouts de pommes, qu’est-ce que tu veux que je fasse. J’ai mangé de la soupe moisie toute la semaine, je m’en suis même pas rendue compte. Les colocs avaient fait une soupe pour 25, elle était dégueu à c’qui parait, puis elle a tourné, mais personne n’a pris la peine de m’en parler. J’ai bouffé ça pendant cinq jours au calme. Comme les clébards, je te termine tes restes moisis, pas la peine de dépenser du fric.

Pour dire, tout à l’heure j’ai fait mon repas avec des olives et une sardine.

En même temps, je mets mes courbatures sur le dos du covid depuis le début mais à tous les coups, comme je bouffe que dalle, c’est les effets de la monodiète !

Franchement, on rigole mais ça me fout en l’air cette histoire de goût. J’ai une commande de 30 bouteilles de purs vins qui doit arriver, ça va me terminer cette histoire. Je vais pas payer une fortune pour du pinard que si tu me donnes de la piquette je suis contente tout pareil.

Tout ça pour dire que j’ai acheté un lit à LED. Parce que j’ai aussi acheté un appartement. Dans lequel, je fais des travaux.

Voilà pourquoi je n’écris plus depuis des semaines. Si tu veux ruiner tes nuits, te provoquer un ulcère, et perdre tous tes amis, lance toi dans des travaux.

Les travaux, c’est comme les accouchements, y’a une omerta, personne n’en parle, mais il ne faut JAMAIS faire ça. Les gens font comme s’ils étaient tout ravi « on a plutôt opté pour du ciment, c’est pas facile à poser, mais ça vaut le coup » ! MON CUL ! C’est l’enfer ! Moi j’ai posé du jonc de mer, ce qui se résume à de la moquette mais que tu colles même pas, et trois plinthes, j’avais envie de brûler la baraque.

Ça fait des semaines que je me tape des insomnies à regarder des tutos Casto sur comment poser de l’enduit et casser des cloisons.

Tu gardes ça, puis tu ajoutes le confinement. Et enfin, le covid.

Et ben ça donne des craquages de type lit à LED incrustées, voilà.

Allez. La prochaine fois, je vous raconte les travaux. Mais là, j’ai des tutos à mater.

3 réflexions sur “Journal d’une mi-confinée, la suite

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s