La crise de la quarantaine

Oui, bon, je viens d’avoir 31 ans. Mais c’est pareil que 40 finalement. C’est trop tard quoi. Le début de la fin. La pente descendante vers la vieillesse, la mocheté, la peau plissée, et la mort.

Franchement, j’y arrive pas. J’arrive pas à prononcer ce chiffre, c’est plus fort que moi, je trouve qu’il ne me va pas du tout, reprenez ça vous serez gentil.

30 ans encore ça allait. Ça rigole, ça organise une soirée de gala avec viande à volonté, ça se retourne la tronche, ça reçoit des cadeaux et ça fait la danse des canards. Haha. Hihi. Héhé.

31, c’est la panique. Je vois autour de moi, je suis pas la seule. Quand chacun y allait de son super mariage pour les 30, là ça fait profil bas. Même pas un petit événement Facebook. Ni un texto groupé pour un verre dans un bar. Pas même une invitation à bruncher. Rien. Tout le monde rase les murs et serre les fesses, en espérant se faire oublier de la vie, de la vieillesse, de la mocheté, de la peau plissée, et de la mort.

C’est la panique, je vous dis. On se met à parler ride. À parler cellulite. À parler vergetures. Chacune y va de ses conseils de con. Les huiles essentielles, les injections d’acide, les cocktails detox. On se fout des trucs qui piquent sur la peau, des machins qui puent dans les cheveux, des merdes qui grattent sur le cul.

Mais qu’est-ce que c’est que ce truc là ? Une ride ? Putain, elle était pas là hier cette salope. Alors maintenant dormir ça donne des rides bordel de merde ?

Oui, je suis vulgaire mais j’en ai gros sur la patate. Et puis, je suis vieille, un peu de respect, merde.

– Attends Lola, moi j’ai découvert dernièrement que toutes les nanas se font des injections d’acide hyaluronique.

– Qu’est-ce que c’est que cette daube encore ?

– Ah ! Toi non plus tu ne connais pas ! Putain, mais personne ne nous prévient quoi. On est livrées à nous-même. Apparemment, ça lutte contre les rides mais, genre, ça se voit pas du tout, c’est hyper naturel.

– Tu connais quelqu’un qui a essayé ?

– Ouais ma mère. Mais juste une fois parce que ça lui a complètement brûlé les lèvres.

– Ah ouais, ça a l’air génial ce truc… Tu vas tenter le coup ?

– Ben, je suis allée à la pharmacie l’autre jour. Puis je me suis dégonflée.

– Non mais t’as bien fait, c’est de l’arnaque ces trucs.

– Ouais, bon la vendeuse a quand même réussi à me refiler pour 70 balles de crèmes de merde.

Au bord du désespoir, on se met au défi. On challenge son corps, on le pousse dans ses retranchements.

J’en ai rien à foutre que tu sois vieille ma grosse. Tu vas aller à Saint-Jacques et pis c’est tout. AVANCE JE TE DIS ! AVANCE ET SOUFFRE, C’EST DANS LA TÊTE LA JEUNESSE !

Échec et Mat. La vieillesse l’emporte toujours sur la jeunesse. Là, à l’aube de la quarantaine, j’ai abandonné mes tendons dans les Asturies, j’en ai fait don à Santiago. Tiens Jacquot, t’es qu’un gros con toute façon.

Et, je suis rentrée pour la non-célébration de mes 40 ans.

Comment voulez-vous que je le vive bien alors que j’entame la 31e année complètement éclopée.

– Techniquement, tu entames ta 32e année Lola.

– QUE TOUT LE MONDE FERME BIEN SA GUEULE.

Putain, bientôt 40 et j’ai même pas encore eu le temps de réfléchir à ce que je voulais faire dans la vie. C’est pas faute de me l’avoir demandé pourtant.

– Dis-moi Lola, qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grande ?

– Je veux rigoler.

– Ah oui, super, c’est bien ça. Mais ce n’est pas un métier. Dans quoi tu veux travailler ?

– Non, mais moi je veux juste rigoler. Y’a des métiers rigolos ?

– Ouais, ok. Chérie, ressers-moi un Ricard là, y’a la petite qui cherche la merde.

Voilà où on en est. 31 ans de rigolade. Merci les rides d’expression. C’est quoi ce concept de merde d’ailleurs. Les gens heureux sont-ils destinés à être plus ridés que les autres ?

Faut dire, être née un 1er avril, y’a quand même du signe ou je m’y connais pas. Depuis le début, tout ça n’est qu’une blague en fait. Y’a forcément un type qui va débarquer avec un gros poisson d’avril.

Hahaha on t’a bien eu ! C’est pas vraiiiiiiii en fait ! La vieillesse et toussa, ça n’existe pas ! Et la mort non plus, tsé ! Tiens, vazy, reprends tes 20 ans, ton cul tout ferme et va faire un bisou à toute la clique qui t’a fait croire qu’on pouvait crever… Haha les salauds, on s’est bien marré !

J’ai bon ? Allez quoi, vous pouvez le dire maintenant, je le prendrai pas mal je le jure.

Toute façon, je vous l’ai dit, moi quand je serai grande, je veux rigoler.

Publicités

2 réflexions sur “La crise de la quarantaine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s