La folie ordinaire

Vincent Galy

On est tous un peu fou. Certains plus que d’autres, mais disons que tout le monde fait des trucs un peu chelou de temps en temps.

Par folie, j’entends qui sort de la norme sociale.

Après, attention, que les gens se calment direct. N’est pas fou qui veut. Ben oui, parce que finalement, c’est plutôt un compliment, la folie. Personne n’a envie d’être banal. Ou normal. Evidemment, je ne parle pas ici de folie type schizophrénie ou mythomanie de l’espace, mais plutôt de l’extravagance.

Mais c’est vrai quoi. Moi, quand on me dit « T’es folle toi », ben ça fait plaisir. Plus qu’un « t’as de beaux yeux ».

Du coup, les gens qui s’auto évaluent comme « fous », ça me fait péter des câbles. Vous voyez, c’est souvent des meufs qui disent ça quand elles font un truc un peu débile. Par exemple, la nana va se mettre à couiner une chanson (généralement un truc sorti d’un Disney), ou à dire un truc un peu absurde. Puis, elle ajoute :

Non, mais faites pas attention, je suis folle ! Hihihi

Putain, ça me rend dingue. V’là l’égo quoi. La meuf s’auto complimente. J’ai surtout envie de lui gueuler que NON T’ES PAS FOLLE T’ES CULCUL GROSSE DINDE. Mais pour le coup, on me prendrait pour une déglingo type bipolaire, le genre de folie qui fait pas plaisir.

Personne ne dit « non mais faites pas attention, je suis belle ». Donc stop avec la folie, c’est pareil, commencez pas à vous l’attribuer, c’est pas comme ça que ça fonctionne. C’est quelqu’un qui doit vous le dire, sinon ça compte pas.

Beaucoup trop de gens font ça en plus. Vous avez dû capter autour de vous. Dès que tu arrives dans un nouveau cercle familial notamment. Mettons que tu rencontres ta belle-famille pour la première fois, ou la famille d’un pote au moment d’un mariage ou que sais-je. Eh ben, c’est automatique, à un moment donné, y’a un gars qui va dire :

Non mais j’espère qu’on te fait pas peur Lola ! Fais pas attention, on est un peu fou dans la famille ! Hahaha !

Systématiquement.

Toutes les familles composées de plus de trois membres vont balancer cette phrase. Tout le monde sur cette planète est complètement mégalo ma parole.

Et généralement, je te le mets dans le mille, les mecs sont complètement coincés du fion. Ok, à un moment, y’a papi qui a fait une blague carambar et une tante qui a parlé un peu fort. Toi, tu repenses à ta soirée de la veille, où t’as pissé dans le bac à huitres du restaurant près de chez toi et manqué de provoquer une baston générale dans un club fréquenté par la communauté antillaise.

Haha, c’est sûr, vous avez l’air d’être une bande de guedin….

Je parle donc de la folie douce. Mais attention, chacun a ses critères pour ce qui est de la folie. En fonction de votre curseur et de votre bagage culturel, y’a des trucs qui vous sembleront chelou mais qui, pour d’autres, paraissent naturels.

Par exemple, y’a un truc qui me fascine chez certaines personnes et que je qualifie de folie, c’est cette capacité à déballer des trucs hyper intimes à des gens que tu viens de rencontrer. Je ne comprends pas. Y’a des gens, tu leur as pas dit bonjour qu’ils te racontent déjà comment ils viennent de se faire larguer. Bonjour le malaise.

L’autre jour, j’étais dans un laboratoire, j’avais besoin d’une prise de sang si vous voulez tout savoir, parce que donc j’avais ce problème à la chatte et que STOP. Voilà, exemple typique, ici, ça, ça ne se raconte pas à des inconnus. Ok ?

Bon, ben j’étais quand même dans un labo. Et la nana qui doit me piquer, une jeune laborantine, se met à interagir.

– Vous avez des rougeurs là, sur le bras, c’est pas de l’eczéma ?

– Ah, euh, non non, c’est rien ça.

– Non parce que sinon je pique pas ce bras hein, j’ai de l’eczéma aussi, je sais ce que c’est.

– Non mais c’est pas de l’eczéma je vous…

– Ça me fait ça avec le froid. Mais c’est surtout parce que je suis allergique au latex.

– Ah. C’est chiant ça.

– Oui pour une laborantine, avec tous ces gants, c’est ballot ! Je m’en suis rendu compte en bossant ici !

Malaise.

Elle sait à quoi je pense.

Je sais qu’elle sait à quoi je pense.

Gros blanc.

Elle n’y tient plus, elle est trop mal. Elle ajoute :

– Non mais parce que quand j’ai commencé à bosser ici, j’avais personne dans ma vie…

Voilà ce que j’appelle de la folie. Je n’avais pas passé plus de 30 secondes avec cette personne et j’étais déjà au courant qu’elle était vierge.

Si on regarde, on a tous un ptit côté fou. Par exemple, ma coloc, elle n’écoute rien. Enfin, disons qu’elle est un peu dans son monde, ce qui fait qu’elle n’enregistre pas tellement les informations. Ça donne donc pas mal de situations cocasses.

– C’est samedi l’anniversaire de Géraldine ?

– Non c’est dans 15 jours.

– Merde mais j’aurais jamais le temps d’acheter un cadeau !

– Ben non mais c’est bon, il te reste deux semaines…

– Mais c’est pas samedi son anniversaire ?

– Non c’est pas ce samedi, c’est celui d’après…

Une heure plus tard.

– Merde mais je bosse samedi, je pourrai pas aller à l’anniversaire de Géraldine !

– C’EST DANS 15 JOURS BORDEL DE CUL !

– Aaaaah c’est pas ce samedi alors ?

Le genre de folie qui te rend folle.

Après, t’as la folie de celle qui ne veut pas rentrer comme tout le monde après la fermeture du bar, et qui se chauffe toute seule à aller au Shangai, un jeudi soir.

La folie de celui, qui après avoir joué un tennis entre midi et deux, rentre du boulot en footing et enchaine sur une soirée de danse.

La folie de celui qui, en l’espace de 15 minutes, a écouté 24 sons sur Youtube, tapoté deux morceaux de musique et chanté 3 tubes sous toutes les formes de style musical du monde.

La folie de celui qui tombe amoureux du moindre cul qui passe. Se bat pour conquérir le-dit cul corps et âme, et se lasse au moment où celui-ci arrive dans son lit.

La folie de celle qui est fan de dragons, fête ses 30 ans et se trimballe avec une queue en écailles dans les bars de la ville.

La folie de celle qui ne tombe que sur des connards depuis des années, mais garde un optimisme en amour défiant toute concurrence.

La folie de celui qui fait des enfants, alors qu’on était tellement au calme.

Et la folie de celle qui plaque tout pour écrire un bouquin, et ne trouve rien de mieux que d’écrire sur les fous.

Oh puis faites pas attention, je suis folle de toute façon.

2 réflexions sur “La folie ordinaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s