Celui que je fréquente

En 2018, le couple, c’est complètement has been. Si t’es en couple, c’est que tu t’es casé avant 2013 ou alors tu vis dans un département où il y a plus de champs que d’êtres humains.

Non. En 2018, tu n’es pas en couple, tu fréquentes quelqu’un.

Oui non je sais, ce ne sont que des mots. Mais c’est important. La génération Y est complètement flippée du vocabulaire.

Donc, tu vois quelqu’un, tu le fréquentes, utilise les termes que tu veux. Mais SURTOUT, tu ne sors pas avec lui.

Mettons-nous d’accord. Quand tu fréquentes quelqu’un, ça veut dire que tu couches avec lui régulièrement. Que vous faites des sorties culturelles. Tu connais ses potes. Il connaît les tiens. Sur l’oreiller, il y a pas mal de tendresse. Et puis, finalement, vous êtes exclusifs, même si vous ne vous êtes pas trop concertés sur le sujet. Mais dans le doute, tu t’abstiens. Puis de toute façon, vous vous voyez trop souvent pour avoir le temps de batifoler à droite et à gauche.

Oui, voilà. En fait, quand tu fréquentes, c’est tout pareil que quand tu sors avec quelqu’un. Sauf que tu ne l’assumes pas.

– Et c’est qui ce Marcel, hein, on peut savoir Lola ? Hihi, vazy balance, c’est ton mec ?

– Non enfin… oui… Enfin, on se voit en ce moment quoi.

BAM. Le keum vient de se faire fréquenter, il a rien compris. Il a pris une distance de sécurité dans sa gueule. Un trait danger, deux traits sécurité. Parce que quand tu traduis, ça veut dire « oui on fait tout comme un couple en ce moment, mais t’enflammes pas bébé, à tout moment je change d’avis et je te laisse comme un pet sur le bas-côté. Et j’aurais pas à me justifier en plus, parce que ben, attends, on est pas en couple quoi ».

La fréquentation, c’est donc le couple non assumé. Le CDD des relations sentimentales. Le couple étant évidemment le CDI, un truc un peu vieillot qui ne se fait plus trop dernièrement, très confortable mais assez flippant au niveau de la perte de marge de manoeuvre. Depuis quelques années, avec la modification du code du travail, le CDI tend à devenir un vieux souvenir. Non, parce que je sais pas si vous êtes au courant, mais le monde des célibataires trentenaires, c’est comme le marché de l’emploi, c’est la jungle. On arrive à un moment de la vie où les gens qui restent sur le marché sentimental sont :

a. des gens qui viennent de se séparer, sont complètement traumatisés, et ne veulent surtout pas s’engouffrer dans une nouvelle histoire.

b. des angoissés de l’engagement en général. Cette catégorie de gens incapables de se mettre en couple, signer un CDI, programmer un week-end au-delà du mois prochain.

c. la troisième catégorie, le combo gagnant : les angoissés de l’engagement qui viennent de se séparer. Là, on est sur du cas extrêmement lourd. La technique d’approche pour les gens de cette catégorie est hyper complexe. Je partagerai prochainement le mode d’emploi utile face à ce genre de personnage. Mais dans le doute, il est préférable de ne pas s’approcher de ces personnes et de ne pas leur donner à manger, sous peine de se faire mordre, extrêmement fort.

d. les galériens. Eux ne sont ni traumatisés, ni angoissés, et sont toutafé prêts à s’engager. Ils attendent que ça même. Mais pour une raison ou une autre, ils galèrent à pécho ou ne tombent que sur des gens d’autres catégories et se pètent les chicots régulièrement sur les distances de sécurité.

e. la dernière catégorie : les fils de pute (et équivalent féminin). En présence de gens de cette espèce, fuir.

Voilà. Bonjour les gens de la catégorie A et bienvenue à bord. Vous allez voir, c’est assez funky ici.

On en est là. Tout le monde est complètement paniqué à l’idée d’utiliser le mot « couple ».

Et je ne parle pas du mot « amour ».

Ouh putain, rien que de l’écrire je suis pas bien.

Personne ne dit « je t’aime » en 2018. C’est complètement dépassé cette notion.

Non, maintenant, on se « kiffe ».

Le kiff de quelqu’un, c’est le stade avant l’amour. Cette excitation des premiers moments.

– Mais quoi, mais t’es amoureuse de Marcel ?

– Ben non attends, t’es tarée ! Non mais je le kiffe trop quoi.

C’est pareil que la fréquentation. Ça va avec d’ailleurs. Quand tu fréquentes quelqu’un, tu le kiffes. Et puis si t’as de la chance, tu tombes amoureuse et là on part sur du couple.

C’est à se demander quels termes utilisaient nos parents pour décrire ce stade des sentiments. Ou alors, ils assumaient plus leurs émotions et estimaient sans peur que ce qu’ils ressentaient était une forme d’amour ?

Ouh putain, c’est moi qui ai écrit ça ? Merde, je vais me faire griller là. En tant que célibataire assumée, je ne devrais pas dire ce genre de chose ou je vais me faire blacklister. Si les gens commencent à penser que j’ai des sentiments et que je ne suis pas une machine à sexer, n’ayant jamais peur du lendemain, ouverte au prêt de partenaire sans aucun état d’âme, ça va être la panique et je vais perdre mon mojo instantanément. J’ai une réputation à tenir, qu’est-ce que vous croyez.

Mais du coup, moi, je fais aussi partie d’une catégorie… Merde, j’avais pas pensé à ça. Putain, mais j’appartiens à quelle catégorie en vrai ?

Je ne suis pas traumatisée de l’amour. Oui, j’ai essuyé quelques échecs, mais bon, comme tout le monde quoi. Mon cœur se porte bien, hamdoulah . Bon, niveau engagement, je ne suis pas la plus à l’aise. Quand j’y réfléchis, je pense que je n’ai jamais terminé un contrat de travail. Me suis toujours arrangée pour me foutre le camp. Mais côté coeur, j’ai eu quelques relations longues quand même. Donc, je ne rentre pas toutafé dans la catégorie des angoissés de l’engagement.

Ne reste donc que deux catégories.

On ne peut pas vraiment dire que je galère, parce que bon, hein, bonjour, téma la meuf, soyons sérieux deux minutes, ai-je vraiment besoin de m’étaler. Chacun ses atouts, qu’est-ce que j’y peux.

Hum.

Et du coup, reste la catég… Oh wait.

Et merde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s