Les émotions, ça rend con

© Vincent Galy

Y’a un truc qui me débecte dans la vie. C’est quand les gens sont amoureux. Non mais pour de vrai. C’est pas de la jalousie mal placée. Vraiment, ça me fout dans un état de nerf pas possible.

Je parle de l’amour des premiers jours. Celui où tu vois des papillons en coins et que tu marches sur des bouts de coton. Dans ces moments-là, les gens se transforment en paquet de chamallow, ça me rend ouf.

Parce que si y’a un truc qui me vénère plus que tout dans la vie, c’est le cul-cul.

J’ai toujours dit, si j’ai un enfant un jour, je veux bien qu’il soit teubé, mais s’il-vous-plait, ne me donnez pas un mioche cul-cul ou je le renie. J’ai tellement peur de me retrouver coincée avec un gosse gnangnan que y’a moyen que j’en fasse pas pour cette unique raison. Wallah, j’assumerais pas. Même si les enfants sont toujours plus ou moins cul-cul, rapport à leur innocence, mais là franchement, je suis en train de vous baratiner. Je dis n’importe quoi, parce qu’en fait je n’y connais pas grand chose en gosse. Parfois, je les regarde dans la rue ou quoi, quand j’en croise, et je me pose vraiment la question : est-ce que ce mioche-là a un comportement normal d’enfant ou bien il est handicapé ?

Bref.

Concernant les adultes, c’est une autre affaire. Y’a des gens, ils sont cul-cul. Point à la ligne. Ils ont ça en eux. Pour ceux-là, y’a rien à sauver. Qu’on les parque ensemble et qu’ils discutent de leurs dernières balades en forêt avec force tendresse dans les yeux, ça n’est pas mon problème. J’ai un filtre intégré à ma personne, et je ne remarque même pas leur existence.

Non, le problème, c’est l’amour. Ça te transforme n’importe quelle personne bien portante, à la voix grave, en vieille lopette bavant de sentiments.

Tout le monde fait la même chose.

Exemple. Ta pote a rencontré un mec. Voilà, c’est la passion. Ça fait trois semaines qu’ils se lèchent le menton avec beaucoup d’émotions. Et là, tu fais un apéro avec ladite pote. Alors qu’elle est en plein dans l’œil du cyclone de l’amour.

ERREUR ! Fuis tant qu’il est temps ! Elle va te baver son amour à t’en faire gerber. L’apéro va se transformer en véritable cauchemar !

– Hihihi ! Et je t’ai parlé de Clovis ?

– Ouais, ça fait trois heures. Non mais moi j’ai besoin que tu me conseilles, tu crois que je la vends ma bagnole ?

– Ah oui, oui. Ça me fait penser à Clovis, il a acheté une voiture. Attends mais le mec, il a négocié j’ai jamais vu ça hihihi. Trop fort le gars, hihihi.

Elle te dit ça avec un sourire de trois mètres, les yeux pétillants. Elle espère créer la même émotion chez toi. Elle te parle de lui avec tellement de joie, tu sens que ton cerveau est tenté d’imiter le sentiment détecté chez son interlocuteur. Tu esquisses un sourire, y’a rien à faire, cet enfoiré de cerveau est un putain de mouton. Comme quand tu vois quelqu’un pleurer dans un film, ça te fout la larme alors que c’est une merde de téléfilm où les parents du gosse divorcent. La situation n’est absolument pas triste. Putain de sa race, ils arrivent à me faire chialer pour un divorce de parents d’un gamin qui vit dans un bled paumé dans le Jura, gosse complètement cul-cul soit dit en passant, alors que j’ai même pas moufté pour celui des miens. (Vous avez tous reconnu un épisode de l’Instit, avec ce bon vieux Victor Novak. Sûrement un épisode plein de suspense, à base de fugue, de gens différents qui nous apprennent à être tolérants envers son prochain, et de maman célibataire bonnasse.)

Donc t’en es là, devant ta pote, qui tente de créer la joie sur ton visage. Et moi, je me débats. Y’a pas moyen que je souris à cette guimauve. Non cerveau, ne lui fais pas le plaisir de partager son bonheur.

– Et tu vois, là il me dit « en fait, si je n’arrive pas à te faire des pâtes à la carbonara, c’est parce que je t’idéalise. Tu représentes tout ce que je désire chez une femme ». T’IMAGINES ? C’EST PAS TROP CHOUCHOU hihihi

Vomir son vin.

J’avoue, j’ai déjà été dans cet état. Mais putain, un peu de self-contrôle, merde. Le bonheur, c’est pareil que la tristesse, ça ne s’étale pas au grand jour comme ça, c’est hyper intime. On ne peut pas se trimballer avec un sourire de 10 pieds de long sur la tronche sans prendre le risque de prendre des coups de tatane les gars.

On réprime un peu son sourire devant les copains quoi.

Mais non. Elle est là, tu lui parles mais elle n’écoute plus rien.

– T’envoies un message à Clovis là ?

– Oui, hihihi. Comment t’as deviné ?

– Ben, t’as une tronche de cul tout à coup.

Elle est complètement neuneue devant son smartphone. Elle envoie des smileys coeurs. Bordel mais un peu d’originalité quoi ! Moi quand je suis amoureuse, je suis cul-cul mais j’essaie de garder un certain standing niveau répartie.

Et encore, là, tu n’as qu’une personne dudit couple en face de toi. Mais, si tu réunis les deux, les portes de l’enfer s’ouvrent sur toi.

Dans ce genre de situation, je suis cap de devenir violente. Vraiment. J’ai déjà esquivé des week-ends entre potes parce qu’il y avait un couple fraichement amoureux. Non, mais le bécotage avec force langue à deux mètres de la tronche des gens c’est plus possible franchement.

Et le pire, c’est que ça touche tout le monde. L’amour, c’est un fléau. Ça te prend les meilleurs de tes potes.

– Bon, les gars, j’ai une mauvaise nouvelle. On a perdu Josiane. Elle est tombée amoureuse la semaine dernière.

– Attends mais arrête, la dernière fois que je l’ai vue, elle m’a dit qu’elle fréquentait quelqu’un !

– Ben ouais, mais chais pas ce qui s’est passé. Ils ont fini par discuter et ce con de mec n’avait apparemment pas peur de s’engager…

– Arrête ! C’est pas possible ! Putain, c’est plus ce que c’était les hommes ! Non mais pas Josiane quoi, elle était si drôle !

– Je suis vraiment désolée, mais on l’a totalement perdue. Elle est devenue complètement chiante.

Bon, mais normalement ça finit par passer. Ben ouais. L’amour, ça ne dure pas. *musique dramatique. Enfant seul assis sous un abri-bus. La pluie tombe et mouille le nounours de l’enfant un peu handicapé. Il a les lacets défaits. Focus sur son visage. Il pleure. PUTAIN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s