Journal d’une confinée #jour15

IMG_20200328_150345

Peeling groupé au marc de café

Alors chez nous, on est plutôt sur une ambiance colonie de vacances si vous voulez tout savoir. L’autre jour, on a voulu se faire une séance spa à domicile.

Oui, parce qu’en plus d’avoir un cuistot et une pâtissière en confinement, on a aussi une animatrice pour enfants. Elle nous organise des activités environ tous les quarts d’heure la meuf.

Je veux pas vous spoiler mais dans quelques jours, on doit fabriquer une cabane. Et là, je fais semblant d’écrire, et je retiens ma respiration pour pas faire de bruit, parce que si elle me pécho en train de glander, elle va me faire faire des coloriages pour accrocher dans le couloir. Wallah, c’est vrai. Parfois, je l’entends qui s’agite, et j’ai un peu peur.

Donc, là, on s’était ambiancé sur une animation peeling et hammam. Sauf que vous vous doutez bien qu’on a pas de sauna personnel. Donc, on s’est foutu en rang d’oignons les pieds dans la baignoire. On a sorti tous les produits de beauté qu’on a trouvés et on s’est tout tartiné sur la peau.

C’est évidemment Bibiche qui nous a embarqués dans le fake spa. Elle a mis ses antennes d’abeille disco, elle a dégainé son maillot, et elle a sorti sa panoplie de masques et crèmes aux algues en criant QUIIIIIII VIENT FAIRE UN SOIN HIHIHI

Non, mais elle a raison en même temps. Faut prendre soin de soi. Moi, ça fait 15 jours que je me trimballe en legging, le cheveu en live, et la peau terne, à regarder le cul de Justine. D’ailleurs, Facebook s’est mis à me proposer des publicités pour les leggings à outrance, c’est assez flippant. Je dois avoir le profil d’une meuf qui se laisse aller sur du fuseau, sont forts les mecs.

M’enfin, c’est pas bon pour le moral.

Du coup, aujourd’hui, j’en ai profité d’avoir la peau douce et les capitons tout frictionnés pour m’habiller.

J’ai mis un pantalon, avec une ceinture et tout.

J’ai failli me maquiller, puis je me suis dit, pas trop d’un coup, personne ne va te reconnaitre dans la baraque. En plus, c’est mon anniversaire dans quelques jours, je me garde ce petit kiffe. Un peu de mascara pour mes 33 ans, ça sera toujours ça de gagné.

J’ai dû mettre un réveil pour aller chercher un panier de légumes que j’avais commandé chez des producteurs. On fout tellement rien, ça m’a collé un petit stress. J’ai pas dormi, comme une veille de rentrée. J’avais peur de rater le réveil.

Je sens qu’on a passé un stade-là. On ne sait absolument plus quel jour on est. On a changé d’heure, personne n’a calculé. L’horloge de la cuisine est restée à l’heure d’hiver, mais en même temps on s’en balec qu’il soit 11h ou 12h finalement.

Le problème c’est que Manu nous laisse dans le flou là. On a pas de date, rien, on est complètement livré à nous-même. On entend de tout, tout le monde y va de ses fakes news. S’ils nous lâchent demain, on est pas prêts. Va falloir nous donner un calendrier, histoire qu’on s’organise.

Chais pas chez vous, mais le moment des annonces présidentielles, on se croit en 39-45 à la maison. Comme on a pas la télé, on se fout tous autour de la table du salon à l’heure dite, un peu fébriles, mi excités mi angoissés, et on met la radio.

Silence de mort. Et là, tu attends que Manu lâche l’info.

« Les carottes sont cuites. Je répèèèèète. Les carottes sont cuites. »

Mais même pas. Le gars ne nous dit même pas, allez demain, c’est pour moi, je vous explique un truc, si on part plutôt sur du fin-avril ou du mi-juin. On a même pas le planning de quand on va nous donner un planning.

Bref, moi, j’ai besoin de m’organiser. Parce que dans trois jours c’est mon anniversaire, le week-end prochain, j’ai cabane, et là on m’attend pour une choré de danse pour enfants.

2 réflexions sur “Journal d’une confinée #jour15

  1. Notre stratégie, c’était un changement d’heure progressif. 2 minutes par jour, en un mois nous étions adaptés. Sans effort, wallah. Adaptation tellement smooth que même les collégiens kifferaient cet aménagement. Tous les pions de l’educ NAT’ devraient se cotiser pour m’offrir 100g de pâtes semi-complètes au vu de l’amélioration de leurs conditions de travail…
    Sauf que. Régler l’heure manuellement pendant 30 jours, alors que je me fiche de quelle heure il est, que personne me la demande, j’ai pas que ça à faire. Enfin si. Mais non. Merci non merci.
    Là il est minuit 46. Et je viens de réfléchir pour savoir si j’allai boire une tisane. Et tout bien réfléchi, j’ai décliné. C’est important d’avoir des choix dans sa vie, garder une structure.
    J’avoue.
    J’ai eu peur que ça écourte ma grass’ mat’ de demain. Ce matin l’envie d’aller aux toilettes m’a réveillé. Peu avant 14h. J’ai pas aimé.
    Jour 15, nouvelle règle. Pas de tisane après minuit 34.
    Quelle que soit l’heure, nouvelle, en ancien francs ou confinée.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s