Faire une liste de listes à faire

Quand j’ai passé le cap des 29 ans, je me suis dit, après un rapide calcul, qu’il ne me restait plus qu’une année pour faire toutes les folies que j’avais imaginées faire avant 30 ans. Passer la trentaine ne signe pas la fin de toute extravagance. Mais c’est quand même un symbole.

J’ai donc fait une liste de toutes les choses plus ou moins faciles à réaliser au cours de ces douze mois de rab. Soit environ une dizaine de trucs.

J’aime bien faire des listes, ça me donne un côté organisé. Liste de courses, liste de livres à lire ou films à voir, liste d’invités hypothétiques pour mon hypothétique concert de chant en sanskrit, liste de gens à éliminer (avec écrit COIFFEUSE en gras, souligné). Le genre de listes habituelles.

Bon, depuis que j’ai commencé ce billet, je me suis un peu renseignée sur la manie de faire des listes. Si j’en crois Google, ce serait un symptôme de trouble obsessionnel compulsif menant à la schizophrénie, la maladie d’Alzheimer, au diabète, au cancer des testicules puis à la mort. Ça pourrait aussi être un symptôme de procrastination, action de remettre systématiquement et inutilement au lendemain les choses à accomplir. Ce qui est hautement plus probable, mais je fais quand même surveiller mes testicules.

Evidemment la liste se perd une fois sur deux dans l’espace intersidéral de mon sac à main. Les listes sont au sac à main ce que sont les chaussettes aux machines à laver. Sauf que ben, y’a pas de double. Je ne sais pas ce que pense Google du fait d’être listomaniaque puis de perdre inconsciemment ces listes. Mais cela doit avoir un rapport avec les pervers narcissiques, à tous les coups.

Bref. Dix mois plus tard, il était temps de faire le bilan. J’avais pris mes précautions et j’avais rangé cette liste de haute importance dans mon portefeuille. Et là je dois être honnête, j’ai pas tellement rempli le contrat avec moi-même.

Sur 10 trucs, j’en ai réalisés deux. Soit réparer mon vélo et me mettre à la couture. Peut-on considérer que le vélo est réparé alors que je suis obligée de le regonfler toutes les semaines et que j’ai rejoint le clan des couturières avec mes quelques fanions ? La réponse est oui, évidemment.

J’imagine qu’à ce moment là vous vous dites : Mais qu’est-ce que c’est que cette liste de  DÉGLINGO ! Je vous rassure c’était évidemment les trucs les plus pourris présents sur la liste. J’avais un peu anticipé le fait qu’il me fallait des trucs facile à faire vu que j’allais pas trop bouger mon derche.

Oui mais non. Parce que ce qui me chiffonne, c’est que j’ai fait plein de trucs cool qui ne sont PAS sur la liste ! Du coup j’ai engagé un vrai bras de fer avec mon moi d’il y a dix mois, essayant de me persuader qu’en fait la liste était toute miteuse et que ce que j’ai fait c’est carrément plus guedin que ce qui était prévu.

À ce moment précis j’ai dû perdre pas mal de lecteurs. Ceux qui sont toujours présents doivent m’aimer profondément.

Donc j’ai refait une liste avec les trucs que j’ai effectivement réalisés. Et je me suis dit que quand même, je me débrouillais pas mal dans la vie à condition qu’on ne m’impose rien, à commencer par moi-même.

Puis j’ai de nouveau fait une liste des choses à réaliser au cours de ma trentième année, parce que j’aime bien faire des listes. Et je l’ai rangée dans mon sac à main.

Publicités

Une réflexion sur “Faire une liste de listes à faire

  1. Pingback: Mes 30 ans : mon mariage, mon baptême et ma bar mitzvah | Tribulations toulousaines

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s