Mes 30 ans : mon mariage, mon baptême et ma bar mitzvah

Je fête mes 30 ans dans, aïe, moins de trois jours. Et je ne sais pas si c’est normal, mais j’ai un peu l’impression de me marier. Sauf que les cadeaux, c’est pour moi toute seule, et ça sera pas un ensemble à vaisselle en porcelaine. Ou alors, y’a une erreur de casting chez les copains.

Me voilà aux commandes de l’organisation d’une soirée de plus de 40 personnes, avec location de gîte et demande de devis à la totalité des bouchers dans un rayon de 20 km de Toulouse.

– Bonjour, c’est pour une commande. Alors huit kilos de saucisses, et vous me mettrez de la ventrèche, des merguez et des côtes de porc pour 40 personnes.

– Oui, c’est pour une association ?

– Ben non, c’est juste moi. En association avec mon âge.

Jamais je n’avais négocié le kilo de côtes de porc de cette façon. Ça doit ressembler à ça la maturité.

Avec tous ces trucs à gérer, mon appartement s’est littéralement transformé en cimetière de listes échouées : listes d’invités, listes de courses, listes de trucs À NE SURTOUT PAS OUBLIER. Chaque liste a évidemment été abandonnée et remplacée par une nouvelle liste de même substance au bout de 24 h. Des dizaines de listes errent donc sur la table basse, sans but ni ordre chronologique, et il ne vient à l’esprit de personne de les jeter, au cas où.

Toujours est-il que mes talents d’organisation en ont inspiré plus d’un. Une copine qui fête aussi son anniversaire m’a carrément appelée pour que je la coache, tellement je parais à l’aise. Telle une wedding planner des anniversaires de trentenaire, une thirty planner donc, je me suis engouffrée dans la brèche.

Attends, je t’arrête tout de suite Falbala (imaginer l’assurance d’une woman manager en charge du service client de Groupama à la Défense, avé l’accent toulousaing). Commence pas à demander leurs avis aux gens sinon tu vas pas t’en sortir. S’il faut payer, ils raquent. On a passé la trentaine, merde.

Bon, il se trouve qu’elle comme moi, on se traîne pas mal de cassos, incapables de savoir où ils seront dans les 10 jours à venir.

C’est sur ce point précis que le fossé se creuse entre les gérants des gîtes, souvent plus âgés, et ceux qui en bénéficient.

Il faudra me prévenir une semaine à l’avance sur le nombre exact de convives. Si vous dépassez les 40 personnes, je vous mets dans un gîte plus grand.

Non mais mec. T’as pas compris à qui tu avais affaire. Sache que la génération Y ne l’entend pas de cette oreille. La moitié des invités n’est pas foutue de me donner une réponse claire.

Huuum je sais pas, je déménage trois jours avant. Et puis, je pars peut-être méditer en Inde. Ou chasser le marsupilami en Papouasie.

Ou

Oulaaa, je peux pas te dire là. J’aurais peut-être du taf d’ici là.

Mais ça, les gérants, ils ne le conçoivent pas. À leur époque, déjà, on ne fêtait que les mariages. Parce qu’à 30 piges on avait déjà deux gosses et autre chose à foutre que de se la mettre à l’envers. Et puis on avait des CDI, avec des RTT et des congés payés à poser trois mois en avance.

La génération Y, elle, ne sait même pas ce qu’elle veut bouffer demain au déjeuner. Pire, elle ne sait pas si elle PEUT bouffer demain au déjeuner. Tout dépend si les mecs pour qui on a bossé en free lance, il y a dix mois, se sont enfin décidés à payer la facture. Ou si Pôle Emploi n’a pas de retard dans ses paiements.

Comment voulez-vous qu’on se comprenne ?

Et puis y’a autre chose sur lequel on a un souci générationnel. Les duvets. La génération Y, qui ne sait pas où elle va dormir demain soir, est une adepte du duvet. C’est un peu le prolongement de sa trousse de toilette.

Et là, les gars ont décidé que dans ce gîte, fallait pas de duvet. PIRE. Chacun doit se ramener avec sa taie de traversin. Taie. De. Traversin. Oui, ça existe encore les traversins apparemment.

Heu… ça veut dire qu’on va devoir faire le lit ? C’est ça ? Non franchement, j’ai bon là ou pas ?

Ça m’a collé une pression. C’est comme si j’annonçais aux copains qu’il fallait se laver dans des bidets. Vont pas comprendre les gars. Et tu peux être sûr que la plupart vont quand même se pointer avec leurs sacs de couchage. Déjà que je devais les prévenir que ça serait bien de prendre une serviette de toilette, là ça fait trop de trucs compliqués.

Du coup, j’ai refait une liste avec écrit TAIE DE TRAVERSIN en gros. J’en ai pas mais toute façon je ne sais plus où j’ai foutu la liste. J’ai déjà lâché une paye (paye de free lance hein) dans la bouffe et l’alcool, on va pas commencer à acheter des taies.

Au pire, je mettrai le traversin dans mon duvet.

Publicités

2 réflexions sur “Mes 30 ans : mon mariage, mon baptême et ma bar mitzvah

  1. Pingback: 10 astuces pour mettre une bonne race à ses 30 ans | Tribulations toulousaines

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s