La Suède, c’est quand même bien au nord (part. 1)

Comme pour beaucoup de gens, les vacances sont pour moi synonymes de soleil, de plages et de mojitos. Du coup, il y a beaucoup de destinations qui ont l’air cool, mais comme elles se situent au-dessus de Bordeaux, ben, j’y fous pas les pieds. Je ne me suis jamais résolue à troquer un séjour en Espagne, en Asie, ou dans les Caraïbes, quand les finances le permettent, contre un voyage dans le nord de l’Europe. C’était sans compter sur mes copains, qui m’ont offert des billets direction la Suède.

Pas le choix du coup. Bon, l’idée était d’aller à un festival de danse. C’est quand même pas de leur faute s’il se trouve à côté de Stockholm.

J’ai donc pris mon petit sac à dos, et quitte à abandonner le soleil, je me suis dit que ce serait l’occasion d’aller visiter le Nord, à quelques centaines de kilomètres de la Laponie. Foutu pour foutu.

J’avais regardé la météo. Ça ne me semblait pas si dramatique. J’ai donc fourré mon sac avec un peu de tout. Mais de toute façon, ce que tu mets dans ton sac n’a aucune importance. Quoiqu’il arrive, tu vas porter les mêmes fringues, soit un dixième de ce que tu trimballes dans ton bagage, pendant deux semaines.

Dans ce genre de voyage, celui en sac à dos, où tes affaires sont tassées comme des merdes sans aucun ordre logique, tu mets environ moins de 24 h pour te transformer en gros sac à viande.

Personnellement, dès que j’ai enfilé mon kaway quechua à 10 balles, sans formes, à l’allure de poche poubelle, j’ai complètement abdiqué question style. Tu sais que tu ne ressembles plus à rien alors autant y aller franchement. Plus de maquillage, plus de soutien de gorges, plus de coiffage. Retour à l’état sauvage. Je n’ai tout à coup plus la force de prendre soin de moi. Les t-shirts sexy sont au fond du sac, qu’ils y restent. D’ailleurs, aujourd’hui je vais garder mon haut de pyjama sous ma polaire quechua. Balec.

Me voilà donc dans le grand nord. Pas la Picardie hein, le vrai nord. Ostersund, ça s’appelle. N’essayez pas de le prononcer sans l’aide d’un ami, ça ne servirait à rien. Bon, pour les Suédois, Ostersund, c’est pas encore le vrai nord, c’est le milieu nord. Tandis que pour un Toulousain, c’est un peu comme une traversée de l’Antarctique.

Ostersund, c’est la Bretagne en carrément plus violent. Un coin du monde où Météo France est impuissante, et où les prédictions météorologiques ne servent à rien. Il peu faire un grand soleil et pleuvoir en même temps.

Quelle idée de con d’aller se balader dans un coin pareil, me direz-vous. Je suis assez d’accord. J’aurais pu me payer des vacances en Thaïlande pour trois mois avec le budget pour 15 jours en Suède. Au lieu de ça, je me retrouve au cul du monde, en plein mois de juillet, avec la crève.

Évidemment, je m’attendais pas à la canicule mais là je ne suis vraiment pas équipée pour l’arrivée de l’hiver, merde. Je n’ai que ma poche quechua qui me sert de kaway, ma polaire et un jean. Tout le reste dans le sac ne me sert à rien. Donc ça pèse pas lourd quand y’a tempête. Le jean et les chaussures sont trempés dès ma première sortie. Ça n’a pas le temps de sécher. Je finis par choper la mort.

Tous mes petits tops préférés sont complètement froissés, entassés dans la poche à duvet, et me semblent pitoyables alors que je rêve de mon plaid fourrure. Je n’avais pas poussé le vice jusqu’à prendre le maillot de bain. Tu vas en Suède chérie, ne rêve pas, tu vas pas te baigner. En mode, on me la fait pas. Haha. CONNASSE, LES SUÉDOIS, ILS ONT DES PUTAINS DE SAUNAS PARTOUT.

Oui, c’est un cliché, parlons en un peu. Le cliché suédois, c’est quoi ? Un grand, blond, chemise carreaux style bûcheron qui baigne son corps d’Apollon dans un sauna ? Ben ouais. C’est carrément ça, cherche pas plus loin, le cliché correspond tout à fait à la réalité.

Des grands partout, blonds qui tirent vers le blanc, des saunas dans les auberges de jeunesse et de la bouffe ultra saine, genre muesli, bio, vegan et autres aliments sans gluten. En fait, la Suède, c’est le pays des hipsters. Je plaisante pas. Et moi avec mon kaway-poche-quechua et ma non-blonde-attitude, j’étais carrément pas intégrée dans le paysage.

J’avais eu une discussion juste avant mon départ avec un ami qui avait longtemps vécu en Norvège. Il m’avait dit : C’est quand tu vis dans ce genre de pays que tu te rends compte qu’on est vraiment latin. Je n’avais pas pris la mesure de cette phrase.

Une fois arrivée à Stockholm, je me suis demandée où étaient les gens. Ça m’a travaillée pendant quelques jours. J’arrêtais pas de demander ce qu’il se passait, un jour férié, un attentat, que sais-je. Arrivée à Ostersund, pareil. Pas un rat dans les rues. Mais apparemment, c’est normal. Les gens ne vivent pas dehors, m’a-t-on simplement répondu.

Grosse ambiance.

Donc, si tu veux rencontrer du monde, ça se passe plutôt dans les auberges de jeunesse. Comme d’hab. Ce qui est drôle quand tu voyages seule, c’est que tu te retrouves à fréquenter des gens avec qui tu n’aurais jamais pensé passer du temps. Toutes les personnes qui voyagent solo squattent la cuisine de l’auberge, et tu te retrouves avec un groupe complètement hétéroclite : Albanais, Allemands, Iraniens, Français, Américains… De tout âge et toutes catégories sociales. Ça crée des discussions complètement improbables.

– Non mais vous, les Français, vous avez de la chance. Votre pays est frontalier avec plein de pays, vous pouvez facilement apprendre l’espagnol ou l’italien, me bave une jeune Américaine.

– Ben, vous avez le Mexique, que je lui rétorque.

– Why the fuck should I want to go to Mexico ?

Elle est tout à fait sérieuse. Je ne comprends pas.

– C’est dangereux, c’est sale, l’eau est imbuvable au robinet..! Les Américains ne vont pas au Mexique !

– Mais, l’eau n’est pas potable dans de nombreux pays. Beaucoup de Français voyagent au Mexique, tu sais.

Elle me rit au nez et prend à partie un autre Américain. Ils semblent d’accord. Puis je me souviens que ces mecs-là ont élu Trump, et j’abandonne la conversation.

J’ai rencontré beaucoup de gens de nationalités différentes, mais putain les Américains, ce sont vraiment des êtres à part. Comme cette nana qui, à chaque phrase qu’elle prononçait, finissait en disant « because, I’m californian, you know ». Comme si ça justifiait toute la connerie du monde.

Quant aux Suédois, j’ai quand même eu la chance d’en approcher quelques-uns. En mode chasse à l’ours. Grâce à ce stage de danse, sinon la communication était impossible. Comme soulevé plus haut, les mecs ne sont pas latins. La chaleur ne règne pas dans leurs corps. J’ai donc eu l’occasion de me rendre compte du fossé énorme entre nos cultures. Une Suédoise m’a raconté comment leurs relations sont très compartimentées.

En Suède, tu as tes amis de la fac, tes amis du volley ou tes amis de la danse, et tu ne les mélanges pas. Tu ne présentes pas un ami d’un groupe à un autre. Et s’il arrive que tu ailles à une fête et que des amis de deux groupes différents se trouvent là en même temps, tu n’as plus qu’à te cacher dans la salle de bain !

Non, ne vous énervez pas, je n’ai pas compris le délire non plus. Mais, ils étaient plusieurs Suédois, j’ai vérifié mes sources, c’est vraiment comme ça que ça se passe.

Bon, je vous dresse un tableau pas tellement sexy. C’est mon côté cynique. Mais la Suède, c’est surtout des paysages magnifiques. Du sauvage à l’état pur, des forêts, des lacs, des maisons en bois et des grands blonds. Clairement, tu n’y vas pas pour te la mettre au mojito. Mais si tu veux faire le point sur ta vie, ou écrire un bouquin, c’est l’endroit idéal. J’ai regretté de ne pas avoir pris mon ordi. Franchement, j’aurais pu écrire un recueil de poèmes à Ostersund, en mode spleen, complètement enivrée par le muesli bio.

Mais ça c’était avant dirty dancing, et ceci est une autre histoire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s